La start-up Acokima s’inscrit dans le cadre du Réseau International d’Intelligence Territoriale (groupe de recherche international du CNRS depuis 2011), développé au sein du pôle “Dynamiques territoriales” de la MSHE Ledoux.

La start-up Acokima ouvrira en 2014 pour proposer en ligne des services d’ingénierie de projets territoriaux de développement durable. Le projet de start-up est actuellement hébergé par l’Incubateur d’Entreprises Innovantes de Franche-Comté. Elle valorisera la méthode Catalyse issue de la recherche publique et éprouvée depuis 20 ans en Europe et dans le monde. Elle répond aux besoins de consortiums d’acteurs publics et privés qui souhaitaient argumenter, gérer et évaluer leurs projets territoriaux. Elle intéresse les collectivités territoriales, les entreprises, l’économie sociale et solidaire, l’économie verte, les associations, les services publics… Elle s’appuie déjà sur un large réseau d’applications et de partenaires.

Catalyse est une méthode participative d’intelligence territoriale. Son objectif est de permettre aux acteurs publics et privés d’argumenter leurs projets territoriaux, puis de les gérer et de les évaluer. Elle instaure une dynamique d’intelligence collective à l’échelle locale basée sur le partage des indicateurs publics et des informations que les acteurs collectent dans le cadre de leurs contacts professionnels et au moyen d’enquêtes.

Acokima propose une plateforme en ligne intégrant :

  • Des bases de données
  • Des outils scientifiques pour alimenter ces bases et pour analyser les données
  • Des services de communication et de co-construction permettant aux acteurs de mettre en oeuvre ces outils en faisant circuler l’information entre eux et vers les habitants.

Les outils sont des logiciels de dépouillement d’enquêtes, d’analyse statistique des données, de « webmapping », associés avec des protocoles de gestion de projet et d’évaluation. Les services de communication facilitent la coopération des acteurs et la participation des habitants. Des services de formation, et d’accompagnement à distance permettent aux acteurs de s’approprier les outils et la méthode.

Un observatoire local peut être hébergé sur la plateforme Acokima pour fournir aux acteurs, via un réseau intranet, des espaces pour partager les données, analyser des données et proposer des projets. Les acteurs sont initialement associés à une enquête multisectorielle sur les besoins des habitants (qui disposent d’un accès via Internet) dans le cadre d’ateliers et via des espaces virtuels. Ils définissent un questionnaire et collectent les besoins exprimés par les habitants. Ils évaluent les services qu’ils proposent en les confrontant avec ces besoins et avec les indicateurs qui expriment les potentialités du territoire, engageant ainsi un diagnostic territorial. Ils améliorent leur connaissance des dispositifs du territoire, ils optimisent leurs actions, et ils proposent de nouveaux services, plus pertinents et mieux localisés. Les services de formation et d’accompagnement concourent au transfert des compétences techniques, afin que l’observatoire fonctionne progressivement de façon autonome.

Girardot J-J Fernandez J 2012 Le dispositif d’intelligence territoriale de ACCEM fr

Ainsi, par exemple, Catalyse est utilisé en Espagne par un réseau de 26 centres locaux de l’association Accem pour :
  • Accompagner les situations individuelles et évaluer l’activité des centres au niveau local
  • Élaborer des projets concertés au plan territorial dans le cadre d’observatoires locaux
  • Évaluer les programmes nationaux et européens de l’association
Trois observatoires ont été récemment initiés avec succès en Uruguay, au Maroc et en Guadeloupe pour évaluer les services de formation et d’accompagnement à distance de Catalyse.
La start-up Acokima proposera au niveau international :
  • Un abonnement à la plateforme en ligne permettant de développer un observatoire local
  • Des prestations d’observation «sur mesure » concernant l’analyse des besoins, le diagnostic territorial, l’organisation de focus groupes, des services géomatiques.
  • Des services de formation en séminaires ou en ateliers, d’accompagnement et de conseil à distance.

Article paru dans le Bulletin RNMSH / 19 05 2014